Lectures jeunesse Chandeleur, Carnaval et Mardi gras : c'est la fête !

Sami et Julie – : Sami et Julie CE1 Sami et Julie font des crêpes

Sami et JulieSami et Julie CE1 Sami et Julie font des crêpes

Sami et Julie – : J’apprends à lire avec Sami et Julie BD : Le voleur de crêpes ?

Sami et JulieJ'apprends à lire avec Sami et Julie BD : Le voleur de crêpes ?
Sami et Julie mènent l’enquête ! Dans cette nouvelle aventure, Sami et Julie ont invité leurs copains à la maison pour fêter la Chandeleur. Mais à l’heure du goûter, le tas de crêpes a disparu ! Qui a bien pu engloutir 30 crêpes d’un coup  ? Sami et Julie sont plus que jamais déterminés à mettre la main sur le coupable  !
Cette bande dessinée est spécialement conçue pour les jeunes lecteurs à partir de 7 ans. Avec une histoire haletante et un texte facile à lire, nos apprentis lecteurs prendront goût à la lecture.
 

Rhinos ne mangent pas de crêpes

Rhinos ne mangent pas de crêpes (les)
Les parents de Mathilde sont trop occupés pour l’écouter. Ils ont toujours mieux à faire. Mathilde décide alors de se confier à celui qui vient d’entrer dans sa vie : un énorme rhinocéros violet ! Pour accompagner cet album coup de cœur du début d’année, un poster est offert par les éditions Little Urban (comporte une recette de crêpes).

L’âne Trotro – : Trotro fait des crêpes

L'âne TrotroTrotro fait des crêpes
Trotro apprend à faire des crêpes : d’abord, casser 3 oeufs dans le saladier, puis ajouter 250 gr de farine et une pincée de sel. Ne pas oublier le 1/2 litre de lait et surtout 30 gr de beurre fondu. Encore un peu de patience, la pâte doit reposer 1 heure. Puis c’est la fête quand papa les fait sauter. Miam !

Peppa Pig – : Peppa fait des crêpes

Peppa PigPeppa fait des crêpes
C’est la Chandeleur ! Peppa et George font des crêpes avec Maman Pig. Qui fera sauter sa crêpe le plus haut ?

[Special Chandeleur] Les goûters méga chouette de Machinette - Gaëtan Dorémus
http://www.liresousletilleul.com/2019/02/special-chandeleur-les-gouters-mega-chouette-de-machinette-gaetan-doremus.html
Avant le jour de la chandeleur, un petit livre tout mignon pour les faire patienter, qu´on le trouve aussi en ligne, (pas de panique) et édité par la Coop Breizh dans la collection « Découvre en Bretagne » :  « Une Petite Crêpière« , une histoire pour les 3-5 ans où la petite Lenaïg va chercher « à la source » (le poulailler, l’étable, la crèmerie et pas le supermarché  ::evil: )  un a un tous les ingrédients nécessaires à la confection des crêpes, qu’elle fera avec sa Mamie pour la fête du village… Très cute, pas de grosses péripéties, mais un bon moment de lecture avec vos petits pour leur apprendre d’où viennent les bonnes choses ! Et si comme les miens ils sont habitués à la côte Atlantique et aux marchés de Bretagne (et leurs camions à crêpes…), ils devraient apprécier ! Et mention spéciale pour le petit lexique en breton à la fin du livre.
La Neuvaine de la Chandeleur
BnF collection ebooks – “La vie intime de la province a un charme dont on ne conçoit aucune idée à Paris, et qui se fait surtout sentir dans les premières années de la vie. On peut aimer le séjour de Paris dans l’âge de l’activité, des passions, du besoin des émotions et des succès ; mais c’est en province qu’il faut être enfant, qu’il faut être adolescent, qu’il faut goûter les sentiments d’une âme qui commence à se révéler et se connaître.”

BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.
A boire et à manger
Guillaume Long

Conte de la Chandeleur

Le Vieillard Siméon

Le Haut-Pays dormait à genoux dans la neige. A travers la fenêtre, le vieillard Siméon le contemplait au repos sous la lumière bleutée de l’hiver. Demain, la terre reprendra floraison. Elle lèvera ses moissons vers le soleil. C’est dans le cycle ininterrompu des saisons que Siméon avait tenu tête à la douleur. Depuis longtemps, il avait perdu sa jeune femme. Mais maintenant, son fils continuait la lignée de sa race montagnarde. Tous les secrets paysans, il les lui avait appris avec son parler terrien. Il pouvait s’en aller. Il ne mourrait pas. Des mains pareilles aux siennes avaient repris les mancherons de la charrue. Son cœur fatigué battait déjà dans la jeunesse d’un autre sang, celle de Jérôme, son unique enfant. Ce soir, il redescendra de la vallée. Il sera devant lui debout, comme un autre Siméon de vingt ans. Face à sa vieille chair, songe égaré en plein jour, Jérôme se dressera de toute sa vie ardente. Il lui dira que l’avalanche des Montis est coupée et que les habitants du haut village de Fionnay sont enfin débloqués. Le poids du silence emplissait la maison. Pour tromper son attente, Siméon s’est retourné vers le fourneau de pierre ollaire et il commence un soliloque avec les ombres des êtres marquées sur la serpentine grise. Que de fois n’avait-il pas raconté ses exploits de berger ! A cette heure, il recommençait. Tout là-haut, c’est le pâturage de Nichlyri. L’alpage de Sery monte à près de trois mille mètres. La montagne hurle à travers les tempêtes de neige. Un vrai temps d’hiver, en plein mois d’août. Pas d’abri. Impossible de descendre vers les étables, à cause du danger des précipices. Tenaillé par la faim, battu par le froid, le troupeau se révolte. Trois cents cornes de la race belliqueuse des vaches d’Hérens vous cernent menaçantes. Il faut ruser pour sauver la situation. D’un moment à l’autre, les bêtes risquent de forcer le passage de descente et ce sera la course à la catastrophe. Alors, Siméon a pris la tête du troupeau, comme lorsqu’il le conduisait à la pâture, et il le fait tourner en rond sur les prairies escarpées. En piétinant assez, les vaches ont mis à nu un peu d’herbe et elles se sont calmées un instant. Il était temps, car les bergers n’en pouvaient plus, et Siméon allait choir devant la horde animale qui l’aurait écrasé. Le soleil chassa enfin la tourmente et vint attiser les ardeurs taurines de la race des vaches guerrières. Partout des luttes à mort, comme au jour de l’inalpe. Des yeux de braise flamboient et la neige se tache de sang. La nuit est tombée sur la maison du vieillard Siméon et le maître berger d’antan continue de dialoguer avec les ténèbres, parce que son fils Jérôme n’est pas encore revenu. Pierres éclatées, troncs de mélèzes saignants, sapins brisés, racines en l’air encombrent l’avalanche des Montis, lave géante qui s’étire le long du ravin jusqu’à la Dranse. Pelles, pioches, tintent dans la tranchée de neige à travers laquelle s’enfoncent les hommes comme des tarières. Bientôt, la masse de glace sera sectionnée et les vivres pourront parvenir par la route aux reclus de Fionnay. Les ouvriers travaillent avec fièvre, car la montagne gronde par-dessus leurs têtes. Sur l’autre rive de la vallée, un guetteur veille à la tempête qui balaye les sommets. Nulle crainte d’une avalanche de fond, mais la poudreuse, plus terrible encore, reste toujours possible. Là-haut, une tornade de neige monte en vrille vers l’horizon qui fume. Un bruit de tonnerre emplit les espaces. Alarme ! Le fusil du guetteur claque pour donner le signal du danger aux camarades. Trop tard. La poudreuse fond déjà sur la pente. Sauve qui peut ! A peine ont-ils pris la fuite, que le cyclone s’abat sur les montagnards et les emporte, fétus de paille précipités dans l’abîme.

La tornade passée, les hommes se recherchent, se regroupent. Il faut poursuivre la tâche. Hélas, trois compagnons manqueront à l’appel : Camille Maret, Joseph Michaud et Jérôme de Siméon. Pas de temps à perdre. Rien à céder à la peur. Les rescapés se remettent rageusement au travail. Ils ont jeté un défi aux colères de l’alpe en rumeur. Une seule volonté les tient : arracher les trois jeunes gens à la mort blanche. On dépêche une estafette au prochain village pour chercher du secours. Une colonne de volontaires est bientôt-là qui fouille la neige. Des falots errent dans la nuit, rapace qui étend ses ailes d’ombre sur une frêle espérance. L’angoisse étreint les dernières heures de cette vigile de Chandeleur. Enfin, les sauveteurs ont pu dégager les corps de Camille Maret et de Joseph Michaud. Hélas, ils n’étaient plus que des cadavres. « Fiat voluntas tua », ont dit amèrement les hommes avant d’incliner leur front têtu devant le mystère de Dieu, qui venait de les frapper dans leurs amis. Jérôme de Siméon restait toujours à trouver. On ne s’en irait pas avant de le ramener au jour. Le matin blanchissait déjà et l’espoir semblait avoir fui avec la nuit. Un nouveau cercueil s’ajouterait-il aux autres ? Les montagnards n’osaient s’interroger du regard, tout en cherchant sans relâche la dernière victime. Le guetteur affirmait avoir vu disparaître Jérôme du côté du rocher, à l’endroit marqué d’une croix dans la pierre. Les hommes s’y portèrent. Fallait-il encore croire à quelque chance ? L’abri rocheux était rempli de neige. Jérôme aurait-il été soufflé dans ce trou, où il serait emmuré vivant ? Le malheur les accroche au plus fol des espoirs. Pendant que les sauveteurs s’acharnent à lutter de vitesse contre la mort, Maurice d’Antoine descend tristement la vallée. Il doit porter la tragique nouvelle au vieillard Siméon. Sans rien dire, tête baissée, il traverse les hameaux en deuil, car on sait déjà le malheur qui est tombé du haut de la montagne. Là-bas, le village de Châblières joint la prière de ses toits autour de l’église. A l’ombre du clocher, Siméon attend dans l’anxiété son fils qui n’est toujours pas rentré. En passant près du sanctuaire, Maurice s’est arrêté. La lampe du Saint Sacrement allume un coin de vitrail du chœur. On célèbre les offices de la Chandeleur. Le chant sacré parvient jusqu’à lui. Maurice écoute un instant l’antienne de la procession des lumières qui monte comme une invincible espérance le long de la flèche gothique. « Orne, ô Sion, ta demeure nuptiale pour accueillir le Christ Roi ; ouvre ton cœur à Marie, porte du ciel ; car elle tient entre ses bras le Roi de gloire à qui nous devons une lumière nouvelle. Voici que la Vierge offre de ses mains un Fils que le Père engendra bien avant la création de tous les luminaires. Siméon le reçut sur son cœur, en annonçant aux peuples qu’il est le Maître de la vie et de la mort, le Sauveur du monde ».

— Qu’est devenu mon fils ? demanda Siméon suppliant à Maurice qui entrait dans le désert de la chambre.

— L’avalanche poudreuse est descendue et l’a emporté.

— L’a-t-on retrouvé ?

— Hélas, on a cherché toute la nuit et on le cherche encore. Il y a bien peu de chance…

Un instant de silence écrasa la tête à tête des deux hommes avec le malheur.

— Alors, s’écria le vieillard dans un sanglot, je serai donc seul désormais. Perdu à jamais mon unique espoir.

Maurice ! Maurice ! dit-il en tendant ses mains tremblantes, Dieu ne peut pas permettre que cette goutte de sang qui me vient de lui soit irrémédiablement anéantie, le jour même où mon saint patron a porté son Fils dans ses bras. Détruite ma race terrienne ? Quelqu’un d’autre que les miens s’installera dans cette maison ? Prendra possession de mes champs ? De mes bêtes ? Mon fils mort sans les prières de l’agonie ? Cela, Dieu ne peut pas le permettre non plus. Moi, son fidèle serviteur, qu’ai-je donc fait au ciel pour mériter tant de malheurs à la fois ?

Le vieillard Siméon secoua son cœur usé et se dressa de toute sa vigueur paysanne contre la cruauté du destin. Ses restes de chair humaine se levèrent le long du fourneau de pierre ollaire. Siméon voulait partir là-haut aux Montis. Son fils, il le retrouverait vivant. A peine eut-il essayé un pas, qu’il retomba, masse impotente sur le plancher de mélèze. Maurice ramassa ce grand corps vaincu et le déposa dans le fauteuil. Siméon sanglotait comme un enfant. Au milieu de ses pleurs, il appelait Jérôme par tous les noms de tendresse qu’un père peut donner à son petit en le berçant pour l’endormir. Tout à coup, Siméon releva la tête. Maurice vit une nouvelle espérance qui mangeait les yeux du vieil homme.

— Ecoute, Maurice, dit-il. Toi, tu es encore fort. La montagne n’a pas de secret pour toi. Tu sais comment il faut sonder méthodiquement une avalanche. Tu le trouveras mon Jérôme. Tu me le ramèneras vivant, vivant… Remonte jusqu’au couloir des Montis. Va, pendant qu’il en est encore temps. Va ! Va ! Nul n’aurait pu résister à cette suprême prière du vieillard et Maurice d’Antoine reprit le chemin de la haute vallée. La sonde d’avalanche vient de rencontrer la résistance d’un corps à travers la neige engouffrée sous l’abri rocheux des Montis.

— Il est là, crie le sondeur.

Tous les sauveteurs se précipitent au lieu indiqué. Ils n’ont plus assez de leurs bras armés de pelles et de pioches pour creuser, ils y vont de leurs gros souliers ferrés. Il faut faire vite. Toutes les minutes valent une vie. Bientôt, une forme humaine se dessine dans la neige. Ça y est. Le corps de Jérôme est complètement dégagé. On le retourne face au ciel. Un camarade lui déplie les bras qui emprisonnent la tête. Les montagnards revoient un de leurs visages amis. Les dents mordent encore le rebord des manches du veston. L’infirmier Luisier s’est mis à l’écoute de la vie. Il a collé son oreille sur le cœur de Jérôme.

— Il bat ! Il bat faiblement, mais il bat ! A-t-il annoncé aussitôt, en saisissant les bras du gisant pour pratiquer la respiration artificielle. Un peu de sang commença à roser les joues du sinistré. Les forces revenaient à travers les membres engourdis et, lorsque Jérôme leva les paupières, ses yeux rencontrèrent tout un ciel de visages radieux penchés sur lui. La mort était vaincue. Soufflé miraculeusement par l’avalanche poudreuse dans le creux de la roche, Jérôme se trouvait prisonnier derrière un mur de glace. Un peu d’espace lui avait permis de ne pas mourir d’étouffement. Au fond de la grotte des Montis, la neige incrustait de sa blancheur l’intaille de la croix du salut, tracée dans la pierre de serpentine.

C’est coutume de Chandeleur dans le Haut-Pays ; au soir de la fête, une fillette du village va de maison en maison apportant le feu de l’église avec le cierge bénit. Pour être leur porte-lumière, cette année-là les enfants avaient choisi la petite Marie-Madeleine, car ses yeux toujours gardaient la clarté de la joie. Jamais encore elle ne fut grondée, ni par sa mère, ni par sa maîtresse. Personne n’aurait pu lui reprocher la moindre faute et partout, elle laissait sur son passage comme un rayonnement céleste. A son approche, les garçons cessaient leurs disputes et les larmes du vieillard, elle les irradiait d’un sourire. Dans la flamme de sa bougie qu’elle enveloppait des mains, Marie-Madeleine allait de porte en porte avec la grâce d’un ange et la sérénité d’une vierge. Elle pénétra chez Siméon, comme un éclat de soleil qui traverse un cristal.

— Grand-père Siméon, dit-elle au vieillard écrasé dans son fauteuil, je vous apporte la flamme bénie de Chandeleur. Ce cierge chassera le démon, éclairera votre cœur, tracera le signe de protection sur votre maison, sur vos champs, vos moissons, et sur vos troupeaux avant la montée à l’alpage. Vers l’enfant de lumière, Siméon leva ses yeux enfouis dans des mains brûlées de travail et de douleur.

— Que ferai-je de ce cierge si mon fils n’est plus ?

— Votre fils ? Dieu vous l’a rendu, grand-père Siméon.

Maurice d’Antoine vient de l’annoncer au village. On l’a retrouvé vivant sous la croix du rocher des Montis.

— Tu dis bien vrai, mon enfant ? Tu dis bien vrai ?

— Jamais je n’ai menti.

— Oh ! Alors Marie-Madeleine, puisque tu m’as apporté la joie, donne-moi ta pure flamme et ce cierge de Dieu. Donne-moi aussi ton front à baiser. Tu es mon espérance et je vois dans ton regard la plus sainte lumière du monde. Siméon étreignit l’enfant, puis s’allongeant sur son fauteuil, ses lèvres murmurèrent une prière de reconnaissance. Ses cheveux, d’une blancheur immatérielle, brillaient d’un halo de Chandeleur autour de son vieux front apaisé.

— Il vit… Il vit… répétait-il doucement. « Seigneur, vous laisserez maintenant votre serviteur s’en aller en paix, puisque mes yeux ont retrouvé leur salut »… Vivante, vivante, cette goutte de sang de ma génération terrienne… Demain, il faudra repartir, avec les saisons, dans les champs, vers les sommets, vers vous, mon Dieu… Grand-père Siméon se tut. La tête retomba lourdement sur la poitrine. Un rayon de clarté, plus éclatant que tous les flamboiements de la terre sembla jaillir de ce corps usé jusqu’à la mort par la douleur et la joie. Marie-Madeleine se pencha vers des yeux désormais éteints. Elle ferma pieusement les paupières du vieillard et lui joignit les mains. Puis elle posa son cierge dont la cire pleurait, au pied du crucifix d’arolle enfumé qui ouvrait ses bras cloués par-dessus toutes les larmes du monde. Jérôme pouvait revenir. Dans la dernière demeure de Siméon, une flamme d’espérance illuminait la nuit.

Marcel MICHELLOD

Titre : Tomi fait des crêpes

Tomi fait des crêpes couv
Auteurs : Eva Pils et Agneta Norelid
Illustrateur : Kenneth Andersson
Éditeur : Hatier Jeunesse
Description : Tomi invite ses amis pour fêter la Chandeleur. Il prépare les crêpes et tout le monde se régale, au point d’en demander encore !
On a aimé : 
Un livre pour les petits qui accompagne la Chandeleur : à lire avant, pendant et en souvenir de cette fête !
La recette des crêpes est illustrée (pour les non-allergiques, nous, il nous faut une version modifiée !)
Comme un certain nombre d’albums pour tout-petits, ce petit tome peut être utilisé par un jeune lecteur qui trouvera satisfaisant de lire 32 pages, sachant que le texte est assez court, écrit gros et en noir bien contrasté
Tomi fait des crêpes

C’est poésie :

La Chandeleur de Anne-Marie Derese

Hier, c’était la Chandeleur ! Avez-vous pensé à faire sauter vos crêpes selon la tradition ? Pour ceux qui ont oublié, voici une petite recette de pâte à crêpe apprise par les enfants à l’école.

La chandeleur


poesie-chandeleur

Les chandelles de la Chandeleur

chantent qu’il est l’heure

de faire sauter les crêpes-Suzette.

Écoutez bien les amis

la recette

de la pâte à crêpes :  

De la farine

pour Pauline,

de la vanille

pour Camille,

trois gros œufs

pour Mathieu,

une cuillère en bois

pour Nicolas.

Versez le lait !

Bien mélanger,

Ohé ! Ohé

Une poêle à frire

pour Palmyre,

un peu de beurre,

pour ma sœur.

Et un tour de main

d’un petit malin

pour que les comètes

tombent dans l’assiette.

Anne- Marie DERÈSE

LA GALETTE

Roule Galette
Natha Caputo (auteur) Pierre Belvès (illustrateur)
1950 (1ère parution, plusieurs fois réédité)  Le Père Castor Flammarion.

(à partir de 3 ans)
Médiathèques Presqu’île Estuaire 44 :
Pornichet, La Baule, Guérande, Saint-Nazaire

Une galette s’ennuie à refroidir, se laisse glisser de la fenêtre et s’enfuie sur le chemin. Elle roule, elle roule, bat la campagne, chantonne, et échappe successivement à la convoitise d’un lapin, d’un ours, d’un loup. Mais quand le malin renard l’attire, que va-t-elle devenir ? (note de l’éditeur).

Un incontournable de la littérature jeunesse, connu de toutes les générations dont on ne se lasse pas.

La Galette à l’escampette
Geoffroy de Pennart
2012 Kaleidoscope,

(à partir de 4/5 ans)
Médiathèques Presqu’île Estuaire 44 : Guérande, Saint-Nazaire

C’est l’anniversaire de Mère-Grand et monsieur Lapin a décidé de faire une belle galette pour célébrer l’événement. Mais, dans cette recette tout à fait originale, le coup de main n’est pas ce qu’il y a de plus difficile à attraper, n’est-ce pas, monsieur Lapin ? Et ce ne sont pas Les Trois Petits Cochons qui vous contrediront, ni la famille Broutchou, ni le Chapeau rond rouge, ni…(note de l’éditeur)

La Galette des trois

(voir fiche du comité de lecture ici


L’ogre, margotte et la galette
Catherine Tamain, Marjorie Béal –
Editeur : 2015 Ane bâté Dijon

( à partir de 4 ans)
Médiathèque Presqu’île Estuaire 44 : Saint-Nazaire

Stop ! Ne me mange pas ! Je connais un bien meilleur goûter. As-tu déjà mangé de la galette ? Allez ! Je veux bien t’en faire une, mais tu dois d’abord me rapporter tous les ingrédients. (note de l’éditeur)

LE CARNAVAL

Au carnaval des animaux. Au carnaval des animaux
Marianne Dubuc
2012 Casterman 

( à partir de 2 ans)
Médiathèque Presqu’île Estuaire 44 : Pornichet

Tous les animaux sont invités au carnaval et le déguisement est obligatoire. Le lion choisit de se déguiser en éléphant, l’éléphant en perroquet, le perroquet en tortue…
Le rythme du récit varie avec bonheur avec des intermèdes de « randonnées » si appréciés des enfants. L’humour est au rendez-vous de déguisements insolites et de quelques jeux de mots burlesques. La dernière page est une jolie trouvaille permettant aux enfants qui adorent de retrouver les animaux du livre, dissimulés derrière leurs déguisements. (note de l’éditeur)

Le carnaval des animaux
 Camille Saint Sens (compositeur)
Pépito Mateo (auteur/récitant) Vanessa Hié (illustratrice)
2011 Didier Jeunesse 

( à partir de 3 ans)
Médiathèques Presqu’île Estuaire 44 :  Pornichet, Saint Nazaire.

La célèbre fantaisie zoologique de Saint-Saëns dans une version inédite ! Le conteur Pépito Matéo, avec une verve sans pareille et sa belle voix grave, nous livre une fable écologique pleine de panache : les animaux tirent « la sonate d’alarme » ! La partition d’origine est confiée à dix solistes renommés :  Pascal Amoyel, Emmanuelle Betrand, A. Kossenko, E. Sammut… Une interprétation magistrale ! On applaudit les illustrations joyeuses et colorées de Vanessa Hié ! (note de l’éditeur)

Le carnaval des dragons
Max Ducos
2010 Editions Sarbacane

à partir de 6/7 ans

voir plus fiche  du comité de lecture ici

Boucle d’ours.Boucle d’ours
Stéphane Servant – Laetitia Le Saux
2013 Didier Jeunesse

( à partir de 4 ans)
Médiathèques Presqu’île Estuaire 44 :
Pornichet, La Baule, Guérande, Saint-Nazaire. 

Dans la famille Ours, on se prépare : ce soir c’est le grand carnaval de la forêt ! Papa Ours est déguisé en grand méchant loup, Maman Ours en Belle au bois dormant, et Petit Ours ? En Boucle d’ours pardi ! Papa Ours est dans tous ses états. Les jupes et les couettes, c’est pour les filles, les oursonnes, les femmelettes, les cacahouètes, les hommelettes ! Pourtant, à l’arrivée du Grand Méchant Loup, déguisé en Chaperon Loup, Papa Ours n’en est plus sûr du tout. (note de l’éditeur.


Le prince de Venise
Jean-Côme Noguès (auteur) – Anne Romby (illustratrice)
2008  Editions Milan

(à partir de 7/8 ans)
Médiathèques Presqu’île Estuaire 44 : Pornichet, La Baule, Guérande

A Venise, un prince fortuné, beau, courtisé, est l’objet de toutes les admirations. Son palais est le lieu de bals déguisés grandioses et il possède tout ce dont un homme peut rêver. Mais un doute le ronge, inlassablement : sera-t-il un jour détrôné par un rival plus fastueux, plus riche, plus élégant ? Comment rester l’unique référence aux yeux de beau monde, l’unique prince de Venise ? (note de l’éditeur)
Dans ce monde des apparences et des costumes, de jolies illustrations qui viennent renforcer le mystère de ce monde de fête et de superficialités dont les enfants perçoivent vite les limites.

Le carnaval de la savane
Florence Guiraud
2004  Editions de La Martinière

( à partir de 4 ans)
Médiathèque Presqu’île Estuaire 44 : Pornichet,

Un très bel album aux couleurs de fête pour faire rêver les plus jeunes, mais aussi les mettre en garde contre l’injustice et la méchanceté, et leur apprendre à ne plus se laisser faire par les plus forts qu’eux  (note de l’éditeur). Une belle histoire d’amitié et de solidarité.

Émile se déguise

Émile se déguise
Aujourd’hui, c’est carnaval. Tout le monde doit se déguiser. C’est obligé. Même Émile qui n’a pas envie. Pas du tout envie…

Peppa Pig – : Peppa se déguise

Peppa PigPeppa se déguise
24 pages de décors pour créer son propre univers à l’aide des 4 doubles d’autocollants fournies dans le livre.

Mini-Loup – : Mini-Loup au carnaval

Mini-LoupMini-Loup au carnaval
Mini-Loup a très envie d’aller au bal masqué mais, malgré ses déguisements, le portier le reconnaît toujours et lui refuse l’entrée: on ne veut pas de petit brigand qui s’amuse à fair peur à tout le monde dans ce bal! Finalement Mini-Loup trouvera une solution astucieuse et pourra aller au bal comme tout le monde.

Tromboline et Foulbazar – : Les masques

Tromboline et FoulbazarLes masques
Une nouvelle aventure de Tromboline et Foulbazar, les poussins qui ont toujours une bonne idée en tête. Dans la même série: La fenêtre; La Voiture; Le A; Le Bébé Bonbon; Le Cauchemar; Le Nuage; La Boîte; Les Epinards; Le Petit Frère, Le Non; Le Chien et le Chat.
A partir de 3 ans.

Tom-Tom et Nana – Abracada…boum ! Tome 16 : Tom-Tom et Nana

Tom-Tom et NanaTom-Tom et Nana
Impossible de ne pas connaître Tom-Tom et Nana, le frère et la soeur de la folle famille Dubouchon. Avec eux, la vie au restaurant “A la Bonne fourchette” n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Les embrouilles sont toujours au rendez-vous. Cette BD publiée dans la revue “J’aime lire” remporte un succès jamais démenti auprès des enfants. Il faut reconnaître que la folie qui anime les personnages est contagieuse. A partir de 6 ans.

Timoté – : Timoté se déguise

TimotéTimoté se déguise
Timoté est un petit lapin qui, au fil des albums, partage sa vie avec ses copains et sa famille.Aujourd’hui, Timoté a reçu une invitation pour aller fêter la Chandeleur !Qu’est-ce  que c’est ? demande-t-il à sa maman.Une histoire à raconter avant de faire des crêpes !Et pour se déguiser un masque à découper !

Bébé Koala – : Bébé Koala – C’est Carnaval !

Bébé KoalaBébé Koala - C'est Carnaval !
Bébé Koala, le petit personnage préféré des 18 mois – 4 ans.
Demain, c’est Carnaval ! Bébé Koala va-t-elle se déguiser en pirate ou en petite fée ? Il y a l’embarras du choix dans le coffre à jouets !

Le carnaval des animaux

Le carnaval des animaux
Spécialement adaptée aux tout-petits, cette histoire inédite fait pétiller la musique de Camille Saint-Saëns. Humour, poésie et présentation des instruments : un mélange idéal pour faire découvrir la grande musique aux 3-6 ans ! Par l’orchestre du Capitole de Toulouse, sous la direction de Michel Plasson.

Le carnaval des animaux

Le carnaval des animaux
La célèbre fantaisie zoologique de Saint-Saëns dans une version inédite ! Le conteur Pépito Matéo, avec une verve sans pareille, nous livre une fable écologique pleine de panache : les animaux tirent « la sonate d’alarme » ! La partition d’origine est confiée à dix solistes renommés  :  Pascal Amoyel, Emmanuelle Betrand, A. Kossenko, E. Sammut… Une interprétation magistrale ! On applaudit les illustrations joyeuses et colorées de Vanessa Hié !

T’choupi – Tome 09 : T’choupi se déguise

T'choupiT'choupi se déguise
T’choupi, l’ami des petits, accompagne l’enfant qui grandit !

Des histoires qui racontent la vie des enfants de 2 à 4 ans, les grandes joies, les temps forts de la vie de famille et les petits tracas du quotidien. Grâce à T’choupi, de nombreux petits problèmes trouvent leur solution tout en douceur.

Dans cette histoire, T’choupi a mis son plus beau déguisement. Attention le spectacle va commencer !
Nouveau : écoutez la version audio de l’histoire en scannant la couverture. 
Tous les albums T’choupi sont maintenant accompagnés d’une version audio, accessible gratuitement avec l’application Nathan Live.
Des livres pour les enfants de 2 à 4 ans conçus dans un format idéal pour les petites mains : coins arrondis, pages plastifiées résistantes.

Cabane Magique – Carnaval à Venise Tome 28 : La cabane magique

Cabane MagiqueLa cabane magique
Tom et Léa ont une nouvelle mission : sauver la Grande Dame de la Lagune qui court un terrible danger ! Les voilà plongés au coeur de Venise telle qu’elle était il y a plus de 200 ans !

Lise fête le carnaval

Lise fête le carnaval

Sami et Julie – : Sami et Julie CP Niveau 2 Le carnaval de Sami et Julie

Sami et JulieSami et Julie CP Niveau 2 Le carnaval de Sami et Julie
À l’école, c’est jour de fête  ! Pour le carnaval, tout le monde s’est déguisé… même les parents  !
 
«  J’apprends à lire avec Sami et Julie  » est une collection de petites histoires spécialement conçue pour les enfants apprenant à lire. Le texte est écrit en gros, les mots sont bien détachés les uns des autres et les lignes bien espacées. Les histoires sont courtes, drôles et très faciles à lire. Écrites avec des mots en adéquation avec leur progression, une quantité de texte à lire réduite et adaptée, pour que l’enfant reste motivé et prenne confiance.
En plus de la petite histoire, le livre contient  : des conseils pour accompagner l’enfant dans ses premières lectures, la présentation des personnages, des activités pour préparer la lecture, et à la fin  : «  As-tu bien compris l’histoire  ?  » pour donner du sens à ce que l’enfant a lu et aller plus loin que le simple déchiffrage ainsi qu’une rubrique «  Et toi, qu’en penses-tu  ?  » avec des petites questions pour «  faire réfléchir  » ou simplement discuter autour de l’histoire.